Retour à la liste des fiches

LE MACERAT GLYCERINE DE NOYER

Extrait de bourgeon de Juglans regia

Le noyer est un arbre non forestier qui se développe seul, à la lumière (les feuilles du noyer, fortement aromatiques, inhibent la croissance d'autres plantes).
On le prescrira donc souvent isolé.

C'est au niveau digestif que le noyer exerce surtout son activité, particulièrement dans les diarrhées, y compris celles provoquées par la prise d'antibiotiques. Il contribue à restaurer la flore intestinale et lutte contre le météorisme abdominal.
Il est actif dans les insuffisances pancréatiques fonctionnelles, les pancréatites chroniques et s'indique dans le diabète gras de la quarantaine.

Au niveau du foie, il joue un rôle dans les cirrhoses alcooliques et stimule les cellules de Kupffer (macrophage), contribuant ainsi à la dépuration du sang.

Au niveau de la peau, de nombreuses propriétés sont signalées : psoriasis, acné, sclérodermie, lèpre, trichinose, dermatomyosites, collagénose, lupus érythémateux et eczéma, ce qui montre bien que l'action du bourgeon de noyer se situe au niveau interne profond pour des problèmes externes. Il joue d'ailleurs un rôle dans tous les syndromes d'hyperimmunité, dont certaines manifestations cutanées sont le reflet mais également certains symptômes du niveau ostéo-articulaire : la PCE (polyarthrite chronique évolutive), la périarthrite noueuse.

Au niveau circulatoire, le noyer est efficace dans les ulcères variqueux et les artérites.
Il agit dans les inflammations chroniques et exalte les défenses générales de l'organisme.

Au niveau pulmonaire, le noyer lutte contre les infections des muqueuses bronchique et trachéique ; il est efficace dans certaines manifestations allergiques, les bronchites, les sinusites.

Rappelons qu'en MTC, le poumon, la peau et le gros intestin se rattachent à l'élément métal.
Le noyer est traditionnellement considéré comme antiscrofuleux puissant (*), antiseptique, antidiabétique, antianémique, antisyphilitique, dépuratif, hémostatique, hypoglycémiant, anti-rachitique, revitalisant, tonique astringent.
Son analogie avec la tête, le crâne, les méninges et le cerveau est évidente. Une étude récente, réalisée sur 26.000 personnes, a montré une réduction de 50 % du taux d'infarctus chez les personnes qui consomment des noix 5 fois par semaine. Or la noix est la seule graine qui renferme les 3 acides gras essentiels protecteurs des artères (20 % d'acide déique, 60 % d'acide linoléique, 12 à 14 % d'acide linolénique).

(*) La scrofule est un terme médical ancien qui décrit une variété de tempérament (un terrain !) lymphatique caractérisé par une prédisposition aux infections de la peau et des muqueuses et à la tuberculose, qui se localise sur les ganglions, les os, les articulations.

Copyright FEH : les informations ainsi que les photos reprises sur ce site sont la propriété de la Fédération Européenne d'Herboristerie. Il est interdit de les utiliser sans l'accord préalable de la FEH.

Retour à la liste des fiches